#Entretien : Obin GUIAKO et Marylène OWONA nous parlent de développement durable et de code Informatique

Obin GUIAKO et Marylène OWONA

Une journée d’Initiation au code Informatique a été organisée le samedi 11 Février 2017 par le FabLab BABY LAB et l’agence digitale KOUABA à l’attention des jeunes filles âgées de 10 à 18 ans. Dans ce cadre, la rédaction de Alassaut.com a bien voulu échanger avec les organisateurs de l’évènement pour en savoir davantage sur les objectifs et le choix de la cible. Entretien avec Obin GUIAKO, Président du BABY LAB et Marylène OWONA, CEO de KOUABA.

Pouvez-vous nous expliquer l’objet de cette activité?

Obin GUIAKO (O.G): Cette journée consiste à mettre en place un réseau de jeunes filles âgées de 10 à 18 ans pour les initier au code informatique dans le but de mettre en œuvre une application qui sera présentée à une rencontre internationale.

Pourquoi le choix des jeunes filles ?

O.G: C’est une rencontre qui va se dérouler aux Etats-Unis et la thématique choisie concerne les filles. C’est dans ce même élan que nous avons réuni ces jeunes filles.

Marylène OWANA (M.O) : Au-delà, le choix de la jeune fille est important. Parce qu’aujourd’hui dans le monde et surtout en Afrique, il y a quand même de gros trous dans l’accès aux ressources en générale entre l’homme et la femme et au niveau de l’accès à internet où celles-ci sont extrêmement lésées. Il est donc important pour nous de nous concentrer sur le fait de développer les capacités Informatiques des jeunes filles qui seront les femmes de demain. Celles-ci pourront mieux s’adapter dans la société et ne pas être laissées pour compte.

Quels sont les autres motivations ?

M.O : Vous avez entendu tout à l’heure les filles s’exprimer. De nos jours, il n’y a pas mal de parents qui souhaitent que leur filles restent à la maison parce qu’il n’y a pas assez de ressources, etc. L’idée pour nous est d’outiller la jeunesse au langage Informatique qui est le nouveau langage du 21ème siècle afin de leur permettre d’être autonome et de développer leurs capacités.
Un autre objectif est aussi de permettre à ces jeunes filles de découvrir les objectifs de développement durable qui sont faits pour pallier aux inégalités. Ce sont elles qui sont les plus touchées par ces inégalités. Avec Obin, notre objectif, est de toucher les filles de toutes les classes sociales que ce soient des filles de Cocody, d’Abobo, de Yopougon, de toutes les régions d’Abidjan puis demain de la côte d’Ivoire.

O.G : Comme elle l’a si bien dit, pour pouvoir réduire ses formes de disparités, il va falloir faciliter l’accès à l’outil qui tant à révolutionner le monde à ces jeunes filles. Afin, de contribuer à réduire au mieux la pauvreté au niveau de la femme qui est aujourd’hui la frange de la population la plus touchée dans le monde. Pour nous, éduquer et présenter le code Informatique leur permettra de se retrouver et être à l’aise.

Est-ce la première journée ?

O.G : Oui effectivement c’est la première journée, Il en aura d’autres. Elles iront même rencontrer des chefs d’entreprises et pouvoir collaborer avec d’autre personnes. C’est tout un processus qui est train d’être élaboré jusqu’ à ce que nous parvenions à notre objectif final.

Qu’est-ce qui lie vos deux structures entre elles et à l’évènement ?

M.O : KOUABA est une agence digitale. Nous sommes donc vraiment en première ligne pour voir qui a accès à quoi ? Quelles sont les inégalités ? Ce genre de choses.
Au-delà d’être une agence digitale, nous faisons beaucoup de formations pour les adultes et permettons à des initiatives d’avoir de la visibilité. Tout le monde connait un peu BABY LAB à Abidjan, un lieu qui permet aux plus jeunes d’apprendre à coder. C’est donc naturellement que nous avons échangé et avons eu l’idée de mettre en place cette initiative. De plus, étant une maman, le fait de voir ma fille évoluer me permet d’être sensibilisée au besoin des jeunes filles à cet âge-là. Tout a été fait naturellement.

O.G : J’ajouterai aussi que la vision du BABY LAB est de faire des quartiers populaires des potentiels pôles d’Innovations et aider à réduire ces formes de disparités. Ce qui cadre avec cet évènement. C’est une vision commune, nous nous sentons parfaitement dans cet élan de développement durable. Surtout, en prenant en compte cette classe sociale; qui pour nous doit être prise en compte par l’entrepreneuriat social que nous essayons de développer dans notre environnement locale ici à BABY LAB.

Peut-on avoir le nom et la période à laquelle l’évènement se déroulera ?

M.O : L’évènement se nomme Technovation challenge et nous représenterons la côte d’Ivoire. L’application sera présentée du 11 au 14 Août à San Francisco si nous avons la chance d’être sélectionnée.
L’idée c’est que nous formerons plusieurs équipes. Toutes les équipes ne seront pas forcement sélectionnées pour aller à San Francisco. Cependant, nous leur donnerons de la visibilité comme Obin l’a dit tout à l’heure auprès des entrepreneurs, à travers des évènements et des conférences de presse. Pour celles qui auront la chance d’aller à San Francisco, ce sera une belle aventure.

Quel est votre Appel à l’endroit des jeunes filles ?

O.G : Nous interpellons les mamans ou les jeunes mamans qui ont leurs petites filles ou nièces à venir contribuer à ce programme qui démarre. De sorte à ne pas les laisser en marge des thématiques qui changent le monde. Qu’elles viennent contribuer, c’est une fois de plus les permettre de favoriser le développement social et aussi de se sentir épanouies à travers les objectifs du développement durable.
M.O: Il y a beaucoup de personnes qui ne comprennent pas forcement ce que nous sommes en train faire. C’est très simple, nous essayons de trouver des outils pour changer la vie de la jeune fille d’aujourd’hui. Nous allons le faire tous ensemble et avec elles. Venez, venez, nous vous y attendons.

Fin de l’entretien

Souhaitons bon vent à ce programme !

More from Alassaut Report

SAHELINNOV : L’innovation au service d’un développement durable au Sahel par les Startups

Communiqué de presse CIPMEN Afin de relever les défis colossaux qui font...
Read More